Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A propos

GlossingGirlBulles.jpg

 

Sur mon blog, vous trouverez des news et des tests de produits cosmétiques.

Des soins pour peaux grasses et mixtes bien sûr, mais aussi toutes sortes de soins visage, soins du corps, pour les cheveux, cosmétiques bios et cosmétiques home made !

 

Contact

Chercher

Idées shopping

 

Suivez-moi sur...

GlossingGirl1

 

 

 

Hellocoton

 

 

GlossingGirl2.jpg

 

 

 

Facebook

 

 

 

GlossingGirl3.jpg

 

 

 

Twitter

 

 

 

Catégories

22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 14:04

Pour la 3e année je participe aux matchs de la rentrée littéraire organisés par Priceminister ! J'ai lu pour vous Trente-six chandelles, de Marie-Sabine Roger.

Trente-six chandelles - Marie-Sabine Roger

Dans la famille Decime, tous les prénoms des garçons (un seul héritier par génération) commencent par Mor… et ceux des filles, s’il y en a, par Vi… depuis cinq générations. Relation cocasse de cause à effet ou ironie du destin, les garçons meurent le jour de leur trente-sixième anniversaire à 11h, heure de leur naissance et les filles ont une longévité exceptionnelle.

 

Il est 10h13 en cette journée du trente-sixième anniversaire de Mortimer et il attend sur son canapé-lit dans la posture dite du cadavre (yoga) l’heure fatidique après avoir mis en ordre toutes ses affaires : appartement résilié, électricité coupée, frigo et poubelles vidés, ménage fait… Mais il a oublié de fermer sa porte et voilà que frappe et rentre Paquita, son amie et presque mère depuis vingt ans. Situation cocasse, Mortimer ne peut pas lui dire : « Excuse-moi, je dois mourir à 11 heures, tu pourrais me laisser ? ». Paquita bavarde, s’étonne de certaines bizarreries et est toujours là à 11h… Comme on s’y attend, l’aiguille de la pendule passe l’heure et « …la pendule indique 11h06, et je fais quelque chose d’inhabituel pour moi : je m’assieds, je saisis Paquita par la taille, je me cramponne à elle, j’enfouis mon visage entre ses seins, et je me mets à pleurer comme un veau. »

Il a donc échappé à la malédiction !

 

Comme il n’a plus rien, il est obligé de se réfugier chez Paquita et Nassardine à qui il va raconter toute son histoire et celle de ses aïeux. Paquita et Nassardine sont un couple hors du commun. Nassardine, algérien fraîchement débarqué est tombé amoureux fou de Paquita dans ce bar où elle était serveuse et où le patron avait des visées sur elle (après sa femme et sa fille) pour son entreprise de tapinage. Et cela dure depuis 40 ans. Ils ont réussi à s’acheter un camion pour vendre des crêpes et sont installés devant le lycée ; c’est là que viendra se réfugier Mortimer dans ses grands moments de solitude. « Paquita est irracontable. Avec ses kilos et ses plis, ses cils plâtrés de rimmel, ses jupes de pétasse et ses décolletés de plus en plus profonds pour rattraper ses seins qui se font un peu la malle, elle est juste touchante. »

 

On va ainsi apprendre comment sont morts son père, grand-père…..arrière arrière grand-père, de façon plus loufoque les uns que les autres, comment il a décidé à dix-huit ans (la moitié de sa vie) de ne jamais se mettre en ménage, de ne jamais avoir d’enfant.

Et puis, il rencontre Jasmine, trois ans avant la date fatidique, Jasmine qui « prenait chaque jour comme il vient, sans se poser de questions inutiles. », Jasmine qui confectionne des chapeaux invraisemblables à l’image de ceux à qui elle les offre, mais Jasmine qui décide un jour de partir vivre à New York… « Ni belle ni jolie, mais tellement plus que ça. »

 

Mais revenons au présent. Mortimer se pose une foule de questions. Que va-t-il faire de sa vie désormais ? « Je suis paralysé par cette perspective :  je suis toujours vivant MAIS, pour la première fois de ma vie, je ne sais pas pour combien de temps. »  Lui vient alors une illumination, une explication que le lecteur, lui voit comme une évidence depuis le début : son père n’est pas son père, tout simplement. Il court chez sa tante qui l’a élevé pour lui extorquer les secrets de famille. Eh ! bien, non, son père est bien son père… Je ne vous en dis pas plus, il faut ABSOLUMENT lire ce livre qui se termine sur une série de rebondissements.

Comme d’habitude, Marie-Sabine Roger nous offre une belle leçon de vie avec des personnages vrais, attachants, pleins d’humanité. Son écriture est drôle et tellement actuelle.

Je dirai la même chose que pour ses précédents livres (La tête en friche, Vivement l’avenir, Bon rétablissement), ce sont des récits qui nous font du bien avec cette fois-ci une réflexion sous-jacente sur nos rapports à la vie et à la mort et le poids de l’hérédité.


Qualité de l’écriture 5/5

Plaisir à la lecture 5/5

Originalité du livre 5/5

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Publié par GlossingGirl - dans Bien être
commenter cet article

commentaires

serrurerie paris 17/02/2015 12:44

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

plomberie paris 8 01/02/2015 02:49

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

natieak 25/01/2015 13:04

Et bien, on peut dire que tu m'as donné envie de le lire!!!

serrurier paris 24/11/2014 18:19

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -